Les backstages de ma vie de freelance

Et si vous receviez toutes les deux semaines un mail vous donnant des conseils en référencement naturel et en rédaction web et un aperçu de mon quotidien de freelance ?

[mc4wp_form id=”24177″]

Référencez vos images sur Google grâce à quelques conseils

Comment référencer des images ?

Souvent, le référencement des images n’est pas la priorité des sites internet. On ne peut que le comprendre ! En général, elles remplissent plutôt un rôle décoratif et esthétique. Pourtant, les images peuvent être informatives et drainer du trafic sur votre site. Mais pour y arriver, il faut travailler leur optimisation. Le tout en suivant les directives de Google et Bing, s’il vous plaît !

Comment est-ce que les images fonctionnent ?

Vous l’avez peut-être sûrement remarqué en étudiant le code de votre site, chaque image est entourée d’une balise de type :

<img src=”adressedelimage.extension” alt=”description” title=”infocomplémentaire” width=”000” height=”000” />.

Très brièvement, chaque élément de cette balise remplit une fonction particulière :

> src : il s’agit d’un attribut obligatoire pour afficher votre image. Il correspond à l’adresse de l’image ;
> alt : vous avez déjà vu des images qui ne se chargent pas ? Hé bien, cet attribut permet de montrer du texte au cas où l’image n’apparaîssent pas ;
> title : il vient donner une information complémentaire à l’image. Il est visible à travers une bulle d’information lorsque l’on passe le curseur sur l’image ;
> width/height : ils définissent une largeur et une hauteur à votre image. Il est possible d’y mettre une valeur en pixel, en pouce ou automatique.

Quels sont les éléments à travailler pour des images optimisées ?

→ La dimension

De prime abord, on peut se dire que la taille d’une image importe peu. Pourtant, plus elle est grande, plus elle attire le regard. Il faut donc trouver le juste milieu pour 1/ ne pas monopoliser tout l’espace avec une image trop grande 2/ créer un visuel assez grand pour susciter l’intérêt de l’internaute.

Isabelle Canivet, dans le livre Bien rédiger pour le web, conseille des images d’au moins 210 x 230 pixels. Pour régler la taille de votre illustration, il est préférable de la modifier dans un logiciel de retouches. Le plus connu est Photoshop, mais il en existe bien d’autres !

Le poids

Avoir une image légère est essentiel sur plusieurs points :

  • elle apparaît alors rapidement,
  • elle n’alourdit pas la page internet.

Avant de mettre votre visuel en ligne, posez-vous quelques questions : est-ce que vous pouvez rogner une partie ? Est-ce que la résolution de l’image est adaptée (on choisit une résolution de 72 pixels/pouce) ? Est-ce que l’image n’est pas trop lourde (on oublie les images d’1 Mo) ? Est-ce que ses dimensions conviennent (on évite d’aller au-delà de 800 px de long) ?

Après avoir réalisé ces modifications, votre image est maintenant légère. Mais est-ce que cela suffit ? Il est possible de réduire son poids encore plus en utilisant des outils gratuits en ligne. Il y a notamment IloveIMG que j’utilise régulièrement et qui est particulièrement efficace ! 

Le nom du fichier

Maintenant que votre image a subi son régime drastique, il faut se pencher sur son nom. En effet, il ne faut pas garder le nom de base. On va donc opter pour des mots-clés descriptifs de votre image. Composez ce nom de fichier de deux ou trois mots. C’est largement suffisant !

→ Le format

Il ne vous reste plus qu’une étape avant de passer sur votre site internet. Et pas des moindres : le format.  En effet, certains sont mieux pris en charge par le web et moins lourds que d’autres. On distingue notamment :

  • JPEG : il est à privilégier pour les photographies. Cela permet de compresser les couleurs dans un fichier moins lourd. Ainsi, on gagne quelques précieux millièmes de secondes dans le chargement de la page ;
  • PNG : il est idéal pour les images avec peu de couleurs. Mais au-delà de ça, il permet d’avoir des logos en transparence.
  • GIF : on peut l’utiliser pour des graphismes simples. Attention, ils doivent avoir une petite taille. Évidemment, vous pouvez également utiliser ce format pour des images animées ;
  • SVG : ce format s’adapte facilement à toutes les dimensions. Il crée des fichiers légers. Encore mieux, il est basé sur le langage XML. Cela signifie qu’on peut le modifier aisément via un style CSS ou un document de traitement de texte.

→ L’attribut ALT

On l’a vu précédemment, l’attribut ALT permet d’afficher un texte de remplacement. Le remplir est essentiel pour le référencement naturel. Il faut savoir que cet attribut est utilisé par Google Images et compagnie. Il n’est pas nécessaire de saturer cet attribut alternatif de mots-clés. Il doit être unique afin d’apporter une valeur ajoutée à votre contenu. Toutefois, si le visuel n’est là que pour une question d’esthétisme, il n’est pas nécessaire de l’optimiser.

Si l’image est importante, il faut aussi remplir son attribut ALT pour l’accessibilité du site. En effet, l’attribut alternatif est utilisé par les outils d’audiodescription.

 Le contexte

Optimiser le nom de fichier et l’attribut ALT de votre image ne suffit pas. Il faut intégrer le visuel dans un contenu qui lui correspond. C’est en le contextualisant que vous allez lui donner davantage de poids. Alors, veillez à ne pas insérer une photo de maison (architecture-maison.jpg) dans une page parlant de jouets pour enfants ! Le contraire risquerait d’envoyer de mauvais signaux aux moteurs de recherche.

→ Le sitemap

Si vous évoluez dans un domaine visuel (décoration, ameublement, architecture…), votre site est sûrement rempli de photos importantes. Il peut alors être intéressant de se positionner dans Google Images ou Bing Images. Pour y parvenir, vous pouvez faciliter le travail des robots d’indexation avec un sitemap dédié aux images.

Ce sujet ne sera pas abordé précisément ici. Cependant, vous pouvez consulter l’aide de Google afin de créer le meilleur sitemap possible. 

 

Vous savez maintenant comment optimiser vos images ! Il ne vous reste plus qu’à vous lancer dès aujourd’hui. Si votre site existe depuis longtemps et possède déjà de nombreuses photos, concentrez-vous sur les pages récentes et les futures pages. Vous vous occuperez des plus anciens contenus dès que vous aurez un peu de temps !

Quelques conseils pour bien référencer vos images sur Google

Marie Bodet

Rédactrice web depuis 2015, Marie Bodet a longtemps travaillé chez l'annonceur. Elle est aujourd'hui freelance pour proposer ses services de rédacteur web indépendant aux assocations, PME, agences.... Elle partage également ses connaissances durant des séances de formation et de consulting.

Aucun commentaire

Poster un commentaire